GCF: "La sécurité ferroviaire, un impératif"

Les équipes de secours sur le lieu du désastre ferroviaire dans les Pouilles

Le paradoxe de l'Italie, à l'avant-garde pour les technologies de la sécurité

Douleur et désarroi. Ce sont les mots qui, face à la tragédie de l'accident ferroviaire sur la voie unique entre Andria et Corato, dans les campagnes des Pouilles, décrivent le mieux la réaction des médias nationaux et du monde entier.

En Italie, près de 3 millions de personnes se servent du train tous les jours pour aller à l'école ou au travail. Ils voyagent sur un réseau ferroviaire d'environ 20 mille kilomètres. Et la donnée nationale est que là où le service ferroviaire est accru, les voyageurs augmentent aussi : de 2,5% l'an dernier.

La sécurité ferroviaire devrait être une priorité pour toutes les lignes.

Pourtant, des systèmes comme celui du "block ferroviaire" sont encore employés sur de nombreux tronçons ferroviaires, bien qu'ils soient anachroniques, dépassés par des systèmes intégralement automatisés de ligne employés pour la Grande Vitesse, mais aussi sur la plupart des lignes principales et secondaires de RFI.

Le paradoxe est qu'en Italie, justement, le savoir faire et les technologies en matière de signalisation et de sécurité ferroviaire sont à l'avant-garde. Beaucoup de journaux l'ont souligné ces derniers jours, le Messaggero et le Gazzettino en tête.

"Ce qui est incroyable – écrit Oscar Giannino – c'est que l'Italie est, du point de vue de la recherche et de la réalisation de ces appareils, une excellence mondiale. Avec des entreprises comme Ansaldo Sts, Gcf Generale Costruzioni Ferroviarie, Bombardier Italia, qui remportent, grâce à leur qualité, des marchés dans le monde entier pour la réalisation de lignes de transport et de sécurité électronique de transport ferroviaire métropolitain et local".

Pour une société comme GCF qui a fait du transport et de la sécurité ferroviaire sa mission principale, le dramatique accident ferroviaire des Pouilles est évidemment un motif de tristesse mais en même temps de forte motivation, comme l'affirme le président Edoardo Rossi:
"Le drame de l'accident ferroviaire dans les Pouilles nous afflige profondément et nous voulons exprimer notre tristesse pour les victimes et pour la douleur de leurs familles. Les médias du monde entier ont souligné l'absurdité de cette tragédie : en matière de sécurité ferroviaire, nous possédons des technologies et des compétences de pointe. Nous espérons que ce fait tragique puisse accélérer les projets de mise en sécurité de tout le réseau ferroviaire italien".

Cliquez sur l'image pour lire l'article

20160713 Il Gazzettino 1