Skip to main content

Pas d'arrêt pour Suite Rapide en France

Le Covid-19 n'arrête pas Suite Rapide

Les chantiers de renouvellement sont "prioritaires et d'intérêt national"

Le confinement français n'arrête pas Suite Rapide. En effet, les activités des chantiers ferroviaires, qualifiées par la SNCF de "prioritaires et d'intérêt national" sont exclues des mesures de restriction prises par le gouvernement français pour faire face à la deuxième vague de la pandémie de Covid-19.

Et à plus forte raison, les chantiers des lots Suite Rapide, la "voie rapide" du plan de renouvellement du réseau ferroviaire français sur lequel GCF opère depuis des années en première ligne par l'intermédiaire de Transalp Renouvellement.

En dépit du nouvel arrêt général, il a ainsi été possible de poursuivre les travaux au nord de la région Hauts-de-France, sur le chantier Boulogne-Calais (17 kilomètres de renouvellement total le long de la ligne 324.000) et d'ouvrir, simultanément, dans la région Rhône-Alpes, le chantier nocturne qui a pour mission de renouveler, le long de la ligne 830.000 Paris-Marseille, le très important tronçon situé au sud de Lyon, entre les gares de Saint Fons et Saint Clair-les-Roches.

« Le renouvellement des nécessaires mesures de restriction anti-covid, commente la direction de GCF, ont évidemment placé plus haut la barre des difficultés à affronter et surmonter pour soulager le plus possible les conditions difficiles des ouvriers et du personnel de chantier. La fermeture obligatoire des restaurants a, par exemple, été palliée par la conclusion d'accords et de conventions directes pour la livraison de repas à consommer individuellement en chambre ».

En outre, les mesures sanitaires qui ont intégré depuis le mois de mars - sans jamais faiblir - nos habitudes, nos comportements et nos "gestes barrières" contre les risques de contagion, telles que la distance sociale, la désinfection régulière des mains, la limitation des contacts, le port du masque en toutes circonstances et, en particulier, le respect rigoureux de tous les protocoles définis pour l'exécution des différents types d'activité, tant sur le chantier que pendant les moments de repos, ont toutes été renforcées.

« C'est un engagement concret et constant, souligne la Direction de GCF, que celui que nous sommes appelés à respecter pour pouvoir concilier l'activité professionnelle et la santé de tous. Un engagement qui concerne tous les niveaux décisionnels et exécutifs, toutes les personnes impliquées dans un processus productif qui présente déjà, en soi, dans notre activité spécifique, une multitude d'éléments objectivement complexes ».

C'est le cas par exemple des travaux en cours sur le tronçon entre Saint Fons et Saint Clair-les-Roches où la voie ferroviaire longe pas moins de 10 sites classés "Seveso" : des zones industrielles qui, en raison des activités qui y sont exercées ou des produits et des matières qui y sont stockés en dépôt, sont considérées comme à risque extrême et imposent l'adoption de mesures de précaution rigoureuses pour toute activité se déroulant à proximité ; ou la présence de 107 ponts ferroviaires et routiers, la traversée de 8 gares de chemin de fer où il est nécessaire de limiter tout désagrément ou source de risque pour les voyageurs, ou encore, du point de vue du "risque électrique", la présence sur toute la longueur du tronçon en travaux d'un conduit contenant un câble de 3200 V, et l'existence de tronçons de voie ferrée considérés comme "zone bleue" où les caténaires doivent se trouver à moins de 5 mètres de la surface de roulement de la voie et où le risque de contact pendant les travaux est donc particulièrement élevé.

Près de 160 ouvriers œuvrent au renouvellement des quatre voies du tronçon, assignées aux puissants convois spécialisés dans le remplacement des rails (le Matisa P95) et dans l'assainissement du ballast avec la C75 qui, actuellement en maintenance extraordinaire par l'équipe spécialisée sur l'aire de transit de Pont-à-Vendin, sera transférée dans une semaine vers la base opérationnelle de Portes-lès-Valence, prête à reprendre du service. L'achèvement des travaux est prévu pour la mi-janvier.

Concernant le chantier de Calais, inauguré début septembre, les travaux de remplacement de la voie par le train de renouvellement P95 et d'assainissement du ballast par le Matisa C75 étant terminés, les opérations de profilage effectuées avec une R21 et les dernières "retouches" de la bourreuse B45 pour compléter le niveau définitif touchent à leur fin.

La livraison du chantier est prévue dans une dizaine de jours.

GCF, Suite Rapide Saint Fons