Skip to main content

Suite Rapide redémarre en France

GCF au travail en France après le déconfinement

GCF reprend les travaux ferroviaires suspendus en raison du confinement

Redémarrage à plein régime des chantiers « Suite Rapide » français de GCF après l’interruption imposée le 16 mars par la crise sanitaire du Coronavirus. Depuis quelques jours, la totalité des ouvriers et autres membres du personnel occupés sur les lots 2 et 3 assignés à Transalp Renouvellement - groupement d’entreprises dont Generale Costruzioni Ferroviarie est la société chef de file - ont retrouvé les rails, chacun d’eux adaptant ses propres tâches aux nouvelles pratiques définies spécialement pour protéger leur santé.

« Des consignes rigoureuses, explique Sabino Carbone de la direction française, ont été données à tous les travailleurs pour affronter l’urgence du Covid-19 en sécurité. A son arrivée sur le chantier, chacun d’eux a perçu un kit sanitaire comprenant des masques chirurgicaux, du gel hydro-alcoolique et des visières de protection qui, au cours des mois à venir, feront partie intégrante des EPI habituels. » Les conducteurs de train et d’engin et leurs responsables ont reçu des produits de nettoyage spéciaux et des indications sur les méthodes de désinfection des espaces qui leur sont confiés. »

Un travail de préparation rigoureux et méticuleux pour la sécurité sur le chantier. En fonction de son rôle et des tâches à accomplir, chaque membre du personnel reçoit, à son arrivée sur le chantier, une sorte de fiche sanitaire qui, en fonction des activités qui lui sont assignées, décrit les mesures de prévention générales et spécifiques définies par l’équipe de responsables de la santé. Un guide contenant des indications, des conseils et des consignes à appliquer avec méthode, rigueur et sens des responsabilités afin d’éviter tout risque de contagion et protéger sa propre santé et celle des collègues vient compléter les pratiques de prévention déjà en place normalement dans les chantiers ferroviaires.

« C'est un effort réellement considérable d’attention et de responsabilisation, poursuit Sabino Carbone, que nous demandons à tous. Pas seulement sur le chantier d’ailleurs, mais également après la journée de travail. De nombreux collaborateurs sont des travailleurs en déplacement depuis l’Italie et sont logés à l’hôtel dans des chambres simples où ils prennent leurs repas et où ils devront séjourner sans pouvoir rentrer chez eux à la fin de la semaine, tout au moins jusqu’à ce que les vols d’avion reprennent. »

Attention, prudence et responsabilisation. Avant de rejoindre le chantier, chaque collaborateur reçoit des informations et des instructions appropriées sur l’urgence sanitaire du Covid-19 et déclare son état de santé sur un formulaire spécial remis par le Service de Prévention et de Protection de l’entreprise (certifiant ne pas avoir été placé en quarantaine, ne pas présenter de symptômes, ne pas être entré en contact avec des personnes qu’il savait infectées par le coronavirus au cours des 14 derniers jours) et s’engage à accepter un contrôle quotidien de sa température et à signaler immédiatement à son chef d’équipe tout éventuel symptôme caractéristique d'une infection virale. En outre, une fois sur son lieu de travail, celui-ci s’engage à respecter et mettre en œuvre toutes les dispositions prévues par le protocole sanitaire spécialement défini pour travailler et séjourner sur le chantier et en particulier les « gestes barrière » de protection individuelle et le respect de la distanciation sociale. Au sein de chaque équipe, un ouvrier s’est vu confier la mission unique et spécifique de veiller à ce que ces mesures soient respectées.

C’est à ces mesures de protection sanitaire qu’a été conditionnée la reprise des travaux dans les deux chantiers de La Voulte et de Melun, dans l’objectif d’affronter en toute sécurité la période difficile de cohabitation avec le virus et de concilier concrètement sur le terrain l'activité professionnelle et la santé.

Les programmes des deux lots Suite Rapide

Sur le premier chantier, qui relève du Lot 3, les travaux avaient été suspendus alors que le renouvellement prévu de la ligne 800 000 Givors - Grézan sur le tronçon reliant La Voulte à Pont St Esprit - 68 km environ de ligne à double voie - était sur le point d’être achevé. Au cours des prochains jours, tant le train de renouvellement P96 de Transalp que la dégarnisseuse C75 de GCF pourront enfin achever les travaux et rejoindre Rennes pour entamer, à la mi-juin, le renouvellement de la ligne 441.000, en Bretagne, tronçon Rennes - Dinge.

Concernant le Lot 2, les travaux ont enfin pu commencer depuis quelques jours en Île-de-France sur le tronçon compris entre Corbeil-Essonnes et Melun, sur la ligne 746 000 : près de 46 kilomètres de double voie ferrée électrifiée à 1500 V. Les travaux, réalisés de nuit, étaient censés durer jusqu'au 18 juillet. Maintenant que la nouvelle dégarnisseuse-cribleuse C75-2C de Transalp et le nouveau train P95 de GCF ont été remis en service, le convoi Suite Rapide s’apprête à traverser le territoire de 8 communes, 9 gares et de nombreux passages à niveau. Près de 500 travailleurs s’affaireront sur le chantier. Au total, 82 000 tonnes de ballast, 77 330 traverses en béton armé et 92 km de rail seront manutentionnés.