Skip to main content

Nouveau plan régulateur pour Trieste Campo Marzio

GCF engagée à renforcer Trieste Campo Marzio

Entrée en matière pour le projet de renforcement et d'efficientisation

Une fois les phases préparatoires terminées avec l'activation de la nouvelle zone électrique TE couleur fuchsia, le coup d'envoi est sur le point d'être donné à l'important projet d'amélioration de la gare RFI de Trieste Campo Marzio, destinée à raccorder le port de Trieste au reste de l'Europe via les corridors Ten-T.

S'inscrivant parmi les travaux financés par le PNRR et confié au groupement temporaire d'entreprises composé de GCF (chef de groupe), Se.Ge.Co. et Alstom, le projet prévoit la conception exécutive et la réalisation du nouveau plan régulateur et du nouvel ACC de Trieste Campo Marzio, ainsi que la réalisation de deux nouveaux bâtiments technologiques et des installations de traction électrique, d'éclairage, de force motrice et de télécommunications.

Il s'agit, en d'autres termes, d'un plan radical de renforcement et de refonctionnalisation de l'infrastructure dans le but d'accroître l'efficacité du nœud ferroviaire en l'adaptant aux modèles actuels de trafic et de vitesse opérationnelle pour le triage des marchandises. Une intervention qui, dans l'ensemble, devra être réalisée en minimisant les interférences avec le flux de marchandises à l'arrivée et au départ du Port de Trieste - plus de 62 millions de tonnes de marchandises transportées par an (données Assoporti 2018) – étroitement lié à l'efficacité de l'infrastructure ferroviaire si l'on considère que, comme l'a souligné avec fierté le président de l'autorité du système portuaire de la Mer Adriatique orientale, "plus de 50 % des containers et 41 % des remorques en direction ou en partance du port voyagent par le train, dépassant ainsi les seuils des objectifs fixés par l'Union Européenne". En effet, avec ses 9 304 trains manœuvrés en 2021 (+ 15,13 % par rapport à l'année pandémique précédente) et les plus de 11 mille trains manœuvrés en 2022, Trieste confirme la tendance à la haute et s'affirme comme première gare de triage d'Italie.

"En pratique, la complexité des travaux, explique Paolo Lopez, ingénieur projet de GCF, tient essentiellement à la nécessité de réaliser des interventions importantes finalisées à l'efficientisation maximale du trafic avec un impact minimum des travaux et les plus faibles conséquences possibles sur les activités ordinaires actuelles en les préservant de l'onde de choc d'interruptions fastidieuses. C'est pour cette raison que pendant la phase de préparation du projet exécutif, il a été décidé de procéder à une subdivision rigoureuse des travaux d'adaptation de l'ancienne installation en six macro-phases, elles-mêmes subdivisées en micro-opérations ponctuelles et en un flux granulaire de petits chantiers intelligents".

C'est précisément à l'objectif de "travailler sous les roues", c'est-à-dire en minimisant l'impact des travaux sur le trafic de marchandises, que visaient les opérations préliminaires effectuées lors des semaines précédentes, parmi lesquelles un sectionnement supplémentaire des zones électriques de la gare qui a permis de créer la nouvelle zone électrique TE couleur fuchsia alimentée à travers le nouveau sectionneur à manœuvre manuelle 3 kV CC, n° 56, en dérivation de la zone électrique ROUGE 1. "Une opération mineure, certes, souligne Paolo Lopez, mais qui n'a rien d'anodine : créer plusieurs zones électriquement indépendantes nous permettra de réduire les zones sujettes à des interruptions pour les travaux prévus et donc, de maintenir le plus haut niveau d'efficacité possible de l'infrastructure pendant l'exécution des travaux".
C'est donc en février que se fera l'entrée en matière des six phases exécutives des travaux de réfection des voies, de la traction électrique, de la signalisation, des bâtiments et de refonctionnalisation de l'ensemble de l'infrastructure.

L'histoire officielle du port de Trieste débute en 1719 avec l'octroi d'une concession de port franc de la part de Charles VI, empereur du Saint-Empire romain. Développé ensuite par sa fille Marie-Thérèse d'Autriche, il devient rapidement le port de l'empire austro-hongrois. Avec l'ouverture du canal de Suez (1869), l'importance de la gare commerciale augmente petit-à-petit, entraînant un agrandissement progressif.

Géré aujourd'hui par l'autorité du système portuaire AdSPMao (Mer Adriatique occidentale), il est en tête du classement national des ports : grâce à la synergie dynamique avec Rete Ferroviaria, il est considéré comme un modèle pour le fret et l'intermodalité des transports, confirmant sa vocation de passerelle d'envergure européenne et internationale.

GCF, premiers travaux à Trieste Campo Mario