Skip to main content

En Aquitaine avec la Suite Rapide GCF-Transalp

Coup d'envoi du renouvellement rapide de la Bordeaux-Irun

Nouveau chantier de renouvellement rapide pour la Bordeaux-Irun.

Plus de 450 travailleurs en action pendant 175 nuits. L'"'usine mobile" de GCF-Transalp fait son retour dans la région française de la Nouvelle Aquitaine avec un chantier Suite Rapide qui, après son entrée en action dans la nuit du lundi 28 août, se chargera jusqu'à fin janvier 2024, du renouvellement de la ligne 650 000 Bordeaux - Irun.

Le 10 août, une fois achevés les travaux de renouvellement ferroviaire de la ligne 420 000 Paris - Chartres - Le Mans (64 kilomètres de voie entièrement renouvelée), le puissant train de renouvellement Matisa P95 et la vigoureuse dégarnisseuse Matisa C75-2C ont rejoint l'aire de Laluque, celle-là même qui fit office de base pour le premier et novateur chantier Suite Rapide de GCF en France, en 2013, pour le renouvellement de la ligne Pau - Dax.
C'est là, à côté des stations d'hébergement et de maintenance des principaux convois et des engins à haut rendement utilisés par la Suite Rapide, qu'ont été stockés entre-temps les matériaux nécessaires au renouvellement complet de la nouvelle ligne en cours de "traitement" : 150 000 tonnes de ballast, 125 800 traverses TBA et 108 736 mètres de rails neufs.

Les travaux et le phases opérationnelles

Les travaux du nouveau chantier Suite Rapide - réalisés de nuit, en régime de suspension simultanée de la circulation ferroviaire - se concentreront principalement sur le tronçon à double voie compris entre les gares de Gazinet à la périphérie de Bordeaux et Ychoux, et sur un tronçon situé plus au sud, aux environs de Dax. Au total, ce sont 54 368 mètres de renouvellement complet (ballast et voie : rails et traverses) et près de 21 000 mètres de renouvellement des traverses et du ballast qui seront livrés aux chemins de fer français.

Les travaux de renouvellement ferroviaire rapide ont été organisés en cinq phases opérationnelles.

La phase 1, entre Lamothe et Ychoux, pour le renouvellement de la voie 1 (du PK 44+124 au PK 74+851 : 20 km de renouvellement complet + 10 de renouvellement du ballast et des traverses). La phase 2, entre Lugos et Lamothe, concernera la voie 2 (du PK 62+629 au PK 44+097) pour un total de 14 km environ de renouvellement complet et 4 km de renouvellement du ballast et des traverses. Concentrée entre Biganos et Marcheprime (en direction de Bordeaux), la phase 3 renouvellera intégralement près de 4,5 km de la voie 2 (du PK 28+791 au PK 37+764) et comportera, sur une distance du même ordre, le remplacement du ballast et des traverses, en conservant les rails existants. Dans le prolongement de la phase 2, la phase 4 interviendra sur la voie 2 entre Ychoux et Lugos (du PK 74+829 au PK 62+725) incluant le renouvellement intégral de la quasi-totalité du tronçon. Moins long mais plus complexe, compte tenu de la présence de 4 passages à niveau, le tronçon concerné par les travaux de la phase 5, entre Laluque et Dax (du PK 136+193 au PK 144+000) fera l'objet d'un renouvellement du ballast et de la voie (sur 3 km environ) et du remplacement du ballast et des traverses sur environ 1500 mètres.

Prévention des risques d’incendie

La ligne ferroviaire faisant l'objet des travaux étant quasi entièrement confinée entre les frontières d'un Parc naturel (le Parc naturel régional des Landes de Gascogne), des mesures strictes ont été adoptées par la Direction de GCF-Transalp Renouvellement pour satisfaire aux exigences des normes, et en particulier du décret du 7 juillet, relatives à la protection des forêts, des bois et des landes, notamment contre les risques d'incendie.
Des cours de formation spécialisés ont été dispensés aux ouvriers et, en particulier, aux équipes chargées d'activités sensibles telles que la soudure des rails. Des dotations supplémentaires d'extincteurs ont été octroyées aux équipes chargées des travaux, tandis que les trains et les convois de renouvellement ont été équipés d'un système performant de bornes incendie dotées de réservoirs de 1000 litres minimum.

Enfin, en plus des mesures de sécurité et d'atténuation adoptées pour faire face aux sources de risque habituellement présentes sur les chantiers ferroviaires (zones bleues, passages à niveau, voies d'accès à la ligne, etc.) un module de formation spécialisé aux interventions d'urgence a été dispensé pour réagir aux cas de rencontres accidentelles avec des vipères, particulièrement fréquentes à l'intérieur du parc.

GCF - Transalp au travail sur le chantier de Lamothe