Skip to main content

Un bain de jouvence pour la « ligne des Horlogers »

GCF France, Renouvellement Ferroviaire des Horlogers

GCF vient d’entamer les travaux sur la ligne de Besançon à la Suisse

GCF France est à l’œuvre en Bourgogne-Franche-Comté pour le renouvellement et l’assainissement de la ligne ferroviaire 872 000, une ligne historique de montagne qui, depuis 1884, relie Besançon à La Chaux-de-Fonds en Suisse. Programmés par SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré français, les travaux ont été adjugés – pour la partie relative à l'armement – au consortium constitué par GCF France, ETF, Feroway et Champenoise.

Globalement, le plan d'intervention, organisé en plusieurs phases, vise à améliorer les performances du réseau et à garantir la ponctualité du trafic et les conditions de sécurité du transport et de confort des passagers.

La ligne à traiter, baptisée « ligne des Horlogers » – Besançon étant le berceau historique de l’horlogerie française – s’étend sur 75 kilomètres vers la frontière suisse à travers un territoire montagneux qui nécessite un tracé particulièrement tortueux caractérisé par la présence de 42 ponts de chemin de fer, 12 tunnels, 48 passages à niveau et, surtout, par de fortes pentes pouvant atteindre 30 pour mille.

« C’est précisément en considération de la présence de ces dénivelés, explique Sabino Carbone, de la direction de GCF France, qu’une puissante locomotive V212, capable de déplacer en toute sécurité, grâce à son énorme puissance de traction, des convois de 750 mètres de long chargés de traverses, de ballast et de rails, a été affectée au soutien des convois dirigés par le train de renouvellement 095 et la dégarnisseuse-cribleuse C75 ».

Après la première phase de travaux, qui avaient permis, en 2021, de traiter près de la moitié du parcours, ce programme prévoit, en ce qui concerne l'armement, le renouvellement de près de 22 des 40 kilomètres de voie ferrée restants. Les convois GCF se chargeront du « rajeunissement » des composants structurels de la ligne inaugurée il y a 140 ans (1884), vieux aujourd’hui de 70-90 ans, en procédant au remplacement pratiquement intégral du ballast, des traverses et des rails.

Les travaux se déploieront entre les gares de Besançon Moullière (pk 408+750) et Morteau (pk 471+850) sur deux voies adjacentes et concernera également les trois Tunnel du Diable, Tournay et De Morre, sur une distance de 1581 mètres.
La production journalière de 500 m de voie renouvelée par jour – pleinement respectée pendant les quinze première jours de chantier – permettra d'achever les travaux de renouvellement avant fin mai.

L’ensemble de la phase de modernisation de la ligne, durera quant à elle jusqu’en octobre, avec la programmation simultanée de travaux de modernisation de nombreux ouvrages de la ligne : la réparation de 4 ponts de chemin de fer métalliques, la remise en état de 6 ponts en maçonnerie, la sécurisation de murs et d’enceintes, la modernisation et la mise aux normes de sécurité de 6 tunnels, le renforcement par jet de béton de 3 autres tunnels, la gestion de la végétation longeant la ligne et, pour finir, des travaux destinés à permettre à l’accessibilité aux gares de Besançon-Mouillère et de Saône aux personnes à mobilité réduite.

Le projet de rénovation de la ligne des Horlogers, complexe et compliqué à la fois - 28 entreprises sont impliquées à des titres divers - est financé pour cette seconde phase à hauteur de 53,5 millions d'euros (56,2 millions pour le financement de la première tranche de travaux) mis à disposition par la région Bourgogne-Franche-Comté, l'État et SNCF Réseau, dans le but d'améliorer les services de transport ferroviaire tout en veillant à leur intégration harmonieuse dans un contexte historique et artistique de première importance.

En effet, édifiée sur une anse singulière du Doubs, la Citadelle de Besançon est un chef d’œuvre d'architecture bastionnée du XVIIe siècle inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2008. « L’attention accordée par la SNCF, souligne Sabino Carbone, et par conséquent de toutes les entreprises impliquées dans les travaux, pour la protection d’un patrimoine considéré comme exceptionnel est extrêmement élevée. Il suffit de mentionner, par exemple, que les matériaux et les couleurs utilisés pour la restauration des trois ponts visibles depuis la Citadelle ont été choisis en étroite collaboration avec les architectes des Monuments Historiques. Une attention que nous partageons, bien entendu, comme nous le faisons pour toutes les mesures visant à minimiser l’impact des travaux sur les voies ferrées ».

Renouvellement de la ligne des Horlogers